Violence réflexe

Violence réflexe
Friday 11 August 2006

bonjour,

j’ai hésité à écrire, mais j’ai besoin de réponse même si j’ai peur
d’être jugée.
Ma petite fille de 19 mois est très vive et c’est une joie de la voir
s’épanouir.
Pourtant j’ai peur de tuer sa spontanéité et ses expressions “dans
l’oeuf”.
Lorsqu’un désaccord survient entre nous il m’est arrivé de la gifler
comme par réflexe. Cela a commencé lorsqu’elle s’est mise à me mordre
vers 13 mois, le lui ai d’abord expliqué que cela ne se faisait pas
qu’on ne peut pas “manger” sa mère même si on l’aime beaucoup et comme
elle continuait j’en ai parlé au pédiatre qui m’a conseillé (et oui) de
sévir et m’a dit qu’il ne fallait pas que je me laisse mener par ma
fille. Et là quelque chose est remontée de ma relation avec ma mère qui
a toujours été très blessante et autoritaire tout en m’aimant de
manière
fusionnel (je suis fille unique et ma mère était censé être stérile),
je
ne rentrerai pas dans les détails mais j’ai eu une adolescence très
difficile au niveau de l’image de soi.
Alors à chaque morsure une tape sur la main et après elle a arrêté et
puis maintenant elle fait de violente colère et me frappe et là c’est
l’escalade. avant et encore maintenant j’était contre la violence
corporelle et je ne me comprend plus. Quand je la gifle elle me regarde
avec tristesse et elle vient dans mes bras, et je lui demande pardon,
je
lui dit que je ne comprend pas pourquoi je réagis si vivement. Et je ne
sais plus comment tout arrêter. Maintenant comment faire pour qu’elle
ne
me frappe plus et que je ne la frappe plus en retour.
Cela n’arrive pas tous les jours mais elle ne sait pas encore assez
parler pour exprimer son désaccord ou ses contrariétés et maintenant
quand quelque chose ne va pas elle tape.
Je culpabilise énormément et j’aimerai changer les choses, comment m’y
prendre!

A bient?t
CM

AM: Il vous faut absolument chercher un témoin lucide (regardez la liste FAQ sur ce site) pour trouver (sans camouflage) comment votre mère vous a “éduqué” quand vous étiez très petite. Sinon vous risquez de l’imiter inconsciemment et vous êtes en danger de répéter sa cruauté (pleine “d’amour”, bien-s?r) sans le vouloir. Le pédiatre qui vous a donné un conseil si stupide et NOCIF agit apparemment de sa propre histoire avec une mère ignorante, dont il n’a pas eu encore la chance de discerner sa nocivité. Pensez-vous vraiment que votre fille puisse supporter et bien ma?triser pour l’avenir votre gifle, mieux que vous puissiez supporter la sienne? Elle souffrira des séquelles inconsciemment toute sa vie, de la même fa?on que vous souffrez maintenant de vos “réflexes”. Vous semblez voir dans votre fille votre mère et vous essayez de vous défendre D’ELLE en la tapant. C’est une grande tragédie, et il vous faut agir vite pour vous libérer de ce “réflexe” dangereux.

Réponse de Brigitte:

L’honnêteté de votre témoignage me touche beaucoup parce qu’il est malheureusement trop rare de prendre conscience que l’on fait du mal à l’enfant que l’on frappe et surtout d’oser le dire en demandant de l’aide. Il n’est pas étonnant que votre entourage et même les professionnels de la petite enfance vous donnent les “meilleurs conseils de dressage” parce que la principale obsession des parents est justement de se faire obéir et respecter des enfants, même si l’on obtient cela par la peur et la crainte, ce qui découle forcément vers une adolescence difficile.
On ne peut pas prétendre aimer un enfant en étant blessant et autoritaire comme votre mère vous l’a fait croire, en sortant de cette énorme mensonge qui a provoqué beaucoup de confusion, vous arriverez pas à pas à construire une relation beaucoup plus vraie avec votre petite fille. C’est une grande chance qu’aujourd’hui, elle puisse faire de violentes colères contre vous, cela lui permet certainement d’évacuer toute la charge émotionnelle qu’elle a retenu toutes les fois où vous l’avez terrorisée de vos menaces et de vos actes.
Vous avez là une belle occasion de compatir avec sa souffrance en lui disant qu’elle a le droit d’être en colère contre vous, qu’aucun enfant ne mérite d’être frappé et que vous n’aviez pas le droit de faire cela, c’est plus vrai que le pardon.
Votre meilleure aide est de rencontrer un thérapeute qui ne protège pas les parents afin que vous puissiez exprimer toute votre rage contre ceux qui vous ont véritablement fait du mal.