Sortir de la dépendance

Sortir de la dépendance
Thursday 08 November 2007

Bonjour Brigitte,

Je voulais vous remercier, très profondémment de l’aide que vous m’avez apportée par mail à la mi-octobre. Vous avez intitulé l’article “oser écouter si son corps accepte la thérapie”.
J’ai pu en parler avec ma psy et beaucoup de choses ont émergées en rapport avec ma méfiance vis à vis de la thérapie et d’elle-même ainsi qu’avec mes émotions de peur liées à mes angoisses nocturnes.
Mon chemin avance et parfois je me dis combien votre aide est précieuse, à vous et à Alice MILLER.
Il y a 2 jours, je recevais 1 mail de ma mère très en colère qui disait comprendre que j’étais en colère après elle (car je lui dit ce que j’ai sur le coeur et tout ce qui m’énerve en elle; chose que je n’osais pas faire avant) mais en même temps me renvoyait toute sa colère à propos d’autre chose.
Pour moi c’est quand même en rapport.
Alors que je disais à mon frère, ma soeur et mon père (regret aujourdh’ui car il m’a encore trahie et cette fois avec ce que je lui avais dit) il y a 2 mois combien ses comportements et paroles pouvaient les détruire et leur donner des conseils pour éviter que ?a les atteigne, ma mère le savait et en rigolait.
Aujourdh’ui que je lui dit que c’est ignoble tout ?a et que je n’en veux plus, elle me reproche de vouloir monter les autres contre elle. Mon père ayant profité de la situation pour lui dévoiler ce que je lui avais dit…(je lui avais conseillé de réfléchir sur leur relation qui le détruisait).
Bref, grosse trahison de mon père vis à vis de moi (encore et toujours) et pour la 1ère fois altercation véritable et profonde avec ma mère.
A ce moment là, tout s’est écroulé en moi mais je savais que je devais écouter ce que je ressentais.
Je me suis sentie si coupable! uen si mauvaise fille. Tiens donc, comme par hasard…
Je suis tout de suite allée me réfugier sur le site d’ Alice MILLER, à la recherche d’une réponse à un courrier qui pourrait s’approcher de ce que je ressens.
Comme j’ai été soulagée de trouver le courrier “les 2 mondes” du 31/10 qui correspondait tant à ce que je ressentais.
Je ne les emmènerais pas non plus, les membres de ma famille, dans mon avion alors même que j’ai cru des années (depuis 28 ans) qu’on était dans le même avion!
Alors qu’ils disent comprendre ma colère envers eux, ils n’acceptent pas que je leur dise et osent être en colère à nouveau contre moi…
Enfin, bref, ce chemin va être long et je suis heureuse au fond de moi d’avoir ma psy , vous même et Alice MILLER pour m’appuyer.
Car en effet, ce que je n’étais pas prète à affronter lors de mon mail concernant mes angoisses nocturnes, je commence à l’affronter depuis quelques jours et c’est très dur, très douloureux.Très profond. Pauvre moi, pauvre nous, enfants meurtris qui nous voilons la face.
Comment ais-je pu être aveugle à ce point? tout s’écroule alors, mes attentes vis à vis de cette famille que j’ai toujours voulu avoir avec eux et l’incompréhension face à d’autres moments passés ensemble plut?t pas mal.
Bien non, la vérité est là et elle fait très très très mal. Et j’en suis qu’au début.
Merci d’être là pour aider à nous relever, ex-enfants détruits au plus profond.
Merci.

AM: Si on veut en finir avec la dépendance il ne faut plus donner des conseils et vouloir être la bonne fille. Il ne faut qu’ouvrir les yeux et vivre avec ce qu’on a VU.