Savourer sa liberté

Savourer sa liberté
Thursday 09 October 2008

Chère Alice Miller, chère Brigitte,

j’ai de la chance.Je m’estime chanceuse, car aujord’hui je n’ai plus aucun doute. Aucun doute sur la monstruosité de mes parents et aucun doute sur les souffrances que j’ai endurées pendant toute mon enfance.
J’ai douté pendant longtemps ! Avec le doute, la culpabilité revenait, d’être si dure avec mes parents, si distante, de rendre la vie si difficile à ces pauvres gens !
C’est étrange, pendant des années j’étais persuadée d’avoir eu une petite enfance heureuse, puisque je n’avais pas de souvenirs du contraire…. J’étais s?re que ma mère n’était devenue violente, hystérique, imprévisible et manipulatrice que lorsque moi je suis devenue une adolescente ” difficile “, bon prétexte pour mes parents pour me traiter d’une fa?on inhumaine.
Et pendant longtemps je m’accrochais à cette idée, à ce point de vue inculqué par des coups : que c’était moi la ” méchante, l’ingrate, la fainéante, la stupide, la maladroite, le fardeau” ……..que je faisais tout de travers et que tout était de ma faute !
Aujourd’hui cela me para?t complètement hallucinant de penser qu’une mère ne devienne un bourreau monstrueux qu’au moment où sa fille entre dans l’adolescence. Et que avant, elle aurait été une mère aimante et respectueuse.
Cela tient du miracle. Mais je ne crois plus aux miracles. D’ailleurs, mes parents n’ont pas changé depuis. Pourtant , pendant des années j’espérais. J’espérais recevoir un petit signe de reconnaissance de leur part. En vain. Puis un jour, poussée par une grave maladie, j’ai eu l’audace de leur demander de prendre la responsabilité de leurs actes cruels envers moi, de reconna?tre ma souffrance de quand j’étais enfant.
Comme seule réponse ils m’ont traité de tous les noms sur deux pages ….
Cela a été douloureux sur le moment , mais quand même bénéfique , car j’ai ENFIN compris que mes parents ont toujours été comme ?a, qu’ils n’ont pas changé et qu”ils ne changeront JAMAIS !
Quel soulagement de couper les ponts avec mes tortionnaires.

Mais comme du coup, ma mère ne pouvait plus brandir aux yeux de tous l’image de la ” bonne mère parfaite ” elle a essayé de me faire du mal en essayant de jouer la ” bonne grand-mère parfaite ” , en se plaignant de moi auprès de mes ex- beaux-parents ( et en se faisant passer pour une personne très inquiète et malheureuse !!!) en envoyant de l’argent à mes enfants ( beaucoup trop !!!), en demandant des photos de ses ” petits-fils ” ……
Une peur enfantine est remontée à ce moment là. J’avais peur que mes parents allaient me punir pour ma méchanceté , réussir à manipuler tout mon entourage et à ” acheter ” mes enfants ….
Et non, ils ont fini par montrer leurs vrais visages, ne répondant pas aux questions embarrassants de mon a?né …. et pour ses 18 ans ,ils n’ont même pas passé un coup de fil, pas de cadeau, rien !!!!!

J’ai de la chance. Je n’ai plus aucun doute ! Et quel bonheur de constater que mes enfants ne sont pas dupes non plus !

Un grand merci à votre lucidité et votre courage . Ma vie a changé le jour où j’ai compris en lisant un de vos livres que j’avais le ” droit ” de ne pas aimer mes parents ….. que je n’étais pas obligée de ” pardonner ” toutes ces cruautés et cette violence, juste parce que se sont mes parents !

AM: Je vous félicite! Heureusement que vous prenez vos sentiments et vos perceptions au serieux, cela sauvera tout votre avenir.

Réponse de Brigitte:

Quelle MAGNIFIQUE révélation, vous avez gagné votre santé, votre tranquillité et surtout la liberté d’être enfin vous-même. Fini l’hypocrisie, vous n’avez absolument pas besoin de la méchanceté et la tromperie de ces gens pour continuer la belle vie qui vous attend. BO