Sauvée par un témoin secourable et lucide

Sauvée par un témoin secourable et lucide
Thursday 21 August 2008

Chère Brigitte O., chère Alice Miller,

Je viens d’écouter l’émission radio de Brigitte sur les sanctions. Cette émission m’a beaucoup touchée parce que les situations décrites correspondent parfaitement à mon enfance.
Ma ? mère ? ne m’a jamais voulue ; elle est tombée enceinte pour que mon père la marie. Comme je n’étais pas désirée, elle n’était jamais intéressée en moi comme personne. Elle a abusé de moi pour qu’elle ne doive pas voir sa propre enfance terrible.
J’ai appris très t?t qu’il faut obéir pour ne pas être puni. Quand j’ai pleuré, elle m’a frappée jusqu’à ce que je ne pleure plus. Quand j’étais encore bébé, cette femme m’a négligée en ne me donnant pas à manger ou en ne me changeant pas. Elle ne m’a surtout pas donné l’amour dont j’avais besoin, ni le sentiment de sécurité. Je me souviens que j’étais toujours une enfant très angoissée. J’avais peur de grimper aux arbres, de jouer au terrain de jeux…j’avais même peur de parler.
Elle m’a fait me sentir coupable de choses dont je n’étais même pas responsable. ? C’est de ta faute ! ? est une phrase que j’ai entendue assez souvent. A l’age de 7 ans, par exemple, quand je suis rentré de l’école, j’ai été heurtée par une voiture en traversant un passage de piétons. J’avais tellement peur de raconter cela à ma mère, parce que j’étais convaincue que ce soit de ma faute et j’avais peur d’être fessée. Vous voyez, il n’y avait pas de dialogue entre ce monstre et moi, jamais; elle ne m’aurait jamais prise dans ses bras et expliqué que c’est la faute du conducteur parce qu’il n’a pas fait attention. Il y avait les fessées, les accusations et voilà tout. En plus, je me suis sentie responsable d’elle. Toute ma vie, je voulais la rendre heureuse pour qu’elle m’aime. Tout ce que je faisais – c’était pour lui montrer que j’étais digne de son amour.
Aujourd’hui, je sais que ?a ne vaut pas la peine d’attendre l’amour d’un monstre violent – physiquement et surtout psychologiquement. J’ai grandi auprès d’une ? mère ? qui a abusé de moi pour que je lui donne l’amour qu’elle n’a jamais re?u. MAIS C’éTAIT MOI, L’ENFANT, QUI AVAIT BESOIN D’AMOUR !!!! Quand j’y pense combien elle m’a fait obéir pour que je lui laisse tranquille…?a me met tellement en colère ! J’étais toujours obéissante parce que j’ai appris si t?t qu’elle allait me tuer si je n’obéissais pas.
La première personne respectueuse envers moi, c’était ma belle-mère. Quand j’avais 9 ans, mes parents ont divorcé et mon père s’est marié une deuxième fois– et c’est la meilleure chose qui me soit arrivée. C’était aussi le moment où j’ai pu ressentir la peur de ma ? mère ?. Quand je n’ai plus habité avec elle (mais avec ma belle-mère) j’avais peur quand je l’ai vue. Je crois que ce n’était pas possible avant parce que je dépendais d’elle ; comment est-ce que j’aurais pu réaliser ce danger de mort ? Puisque j’étais une enfant et dépendante de l’amour de ma mère, je n’ai pas cessé d’espérer… Heureusement, j’ai commencé à faire face à la réalité il y a quelques années.
C’est ma belle-mère aussi qui m’a montré les livres d’Alice Miller. En fait, c’est elle qui a sauvé ma vie. Grace à elle et à ces livres, je retrouve mon chemin petit à petit. Je veux voir toutes les cruautés que ma ? mère ? m’a faites ; et je ne me sens plus coupable d’être vivante. J’apprends à me respecter.
Tout cela m’est revenu à l’esprit quand j’ai écouté cette émission radio. Je me suis rendu compte une fois de plus que ce monstre aurait presque détruit ma vie (cette vie qu’elle ne voulait jamais), et que je ne lui dois absolument rien. Je ne suis plus en contact avec elle depuis dix années environ et j’en suis très heureuse. J’ai déjà assez à faire pour assumer mon passé. J’ai 25 ans maintenant et ?a va prendre encore quelques années de ressentir toute la colère contre elle. Parfois, je crains mes propres sentiments, mais ?a va déjà mieux.

Merci beaucoup pour votre travail qui m’a ouvert les yeux. Vous m’encouragez chaque jour à supporter la vérité et devenir libre en écoutant mon corps.
Amicalement,
Réponse de Brigitte:

Votre témoignage est très bouleversant, vous êtes tellement claire dans ce que vous avez ressenti enfant face à ce monstre qui vous a servi de mère, que l’on peut ressentir nous-même vos émotions d’angoisses terribles. Heureusement que cette belle-mère vous a permis de sauver votre vie en vous donnant l’accès à la vérité de votre histoire douloureuse. Non, vous n’êtes pas responsable de la méchanceté et de la folie de votre mère, elle était totalement irresponsable et inhumaine, elle vous a fait payer le prix de la haine de ses propres parents au lieu de régler ses comptes avec eux afin de pouvoir protéger et aimer sa petite fille.

Bravo pour votre courage à avoir ouvert les yeux sur tous ces crimes que vous avez subis, cette honnêteté vous maintiendra en vie aussi longtemps que vous resterez fidèle et proche à cette petite fille qui a tant souffert. BO