Respecter son rythme

Respecter son rythme
Sunday 22 November 2009

Bonjour,

Je m’adresse à vous une nouvelle fois, car je suis atterrée et perdue face à mes enfants…
J’avais cru comprendre pourquoi je ne me souvenais presque plus de mon enfance, jusqu’à 11 ans : cris et colères de mes parents, pleurs sans réponses, aucune réponse à mes besoins affectifs, nourriture forcée….. J’avais cru avoir entendu ce que mon corps me disait et qu’enfin, je deviendrai une mère respectueuse de mes enfants.

Et voila que des rêves et sentiments et souvenirs se sont imposés : la vision d’un enfant mort, d’una main d’enfant tendue terrorisé qui appelel à l’aide, la conviction d’avoir été détruite avec une envie de vomir, la peur permanente d’être agressée sexuellement quand je vais courir seule, la crainte qu’un de mes enfants soit abusés sexuellement par sa nourrice…
Adolescente, mes 1eres fois (baisers, relations sexuelles) ont toujours été faites sans émotion, sans plaisir, avec un inconnu ou quelqu’un que je n’aimais pas. J’ai subi des moqueries humiliantes au collège sur mon physique dont je ne savais pas me défendre et je me sentais amoureuse de ce gar?on moqueur. J’ai ensuite eu des relations sexuelles avec des hommes d’un soir, après avoir consommé de l’alcool, ou plus agés, mais sans aucune émotions, comme pour être acceptée par eux…. et ensuite, j’étais terrorisée à l’idée d’avoir attrapé le sida, peur complèteemnt irrationnelle. Maintenant, je suis maréie mais je n’ai quasiment jamais eu de plaisir sexuel.

Et la nuit dernière, un rêve : je me sentais mal, pas bien et en baissant mes yeux, j’ai vu un énorme pénis entre mes jambes, et des “selles” tout derrière moi et sur moi, et je me sentais sale… aujourd’hui, un lien s’est fait, mais je me dis que ce n’est pas possible, que c’est moi qui me monte la tête : et si c’était moi qui avait été abusée sexuellement bébé, ou enfant ? mais qui aurait pu faire ca ? Si c’est ca, ma vie est alors brisée…. je m’apercois que je ne peux pas assumer ca, c’est tant d’horreur…. je croyais que je pourrais, mais je n’arrive pas à accepter qu’on ait pu me faire ca. Et qui ? quand ? Comment voir ma famille si je n’ai pas ces réponses ? Je ne sais plus quels sont mes sentiments, mais j’ai l’impression de sombrer : comment tenir le coup auprès de mes enfants et de mes élèves ? J’ai tant besoin d’aide mais je n’arrive pas à en parler.

Merci de répondre à ma détresse

Réponse de Brigitte :

Si vous pensez que vous ne pouvez pas assumer cette tragique révélation, il ne faut surtout pas le faire. C’est vrai que c’est HORRIBLE, aucun enfant ne pourrait survivre à ?a s’il y voyait un crime au moment où il subit une telle violence. C’est pourquoi il se réfugie dans le déni et supprime tout ce qui l’habite pour continuer à vivre dans ce qui lui sert de famille. Vous avez le choix de sortir ou pas cette petite fille de ce refuge dans lequel elle a trouvé jadis une grande sécurité. Si un jour elle manifeste l’envie de gouter à la liberté de sa vraie vie, vous serez toujours à temps de vous rappeler ce qu’elle vous racontait dans son rêve et de la croire enfin pour la sauver de cet enfermement qu’elle n’a pas choisi. BO