Quand la maltraitance n’est pas physique

Quand la maltraitance n’est pas physique
Friday 30 June 2006

bonjour,
tout d’abords, je viens de decouvrir votre site et votre travail, je trouve cela très admirable, et je suis passionnée par ce sujet, en effet je suis etudiante en psychologie, j’entre en licence, et j’aimerais beaucoup avoir des conseils de professionnels sur tout ce que je peux faire pour dans le future travailler avec les enfants ( où faire des stages…).
Mais aussi, moi même j’ai une histoire particulière, mais je n’arrive pas a qualifier mon enfance de maltraité..
En effet, mon père est un homme impulsif, il est partis de chez nous il y a environ une dizaine d’années pour une utre femme, il etait souvent violent avec ma mère, et infidèle, elle a été souvent malheureuse. Avec nous il n’était pas violent comme cela, il nous a éduqué de fa?on sevère,mais nous n’avons pas été battus..Mais le divorce c’est très mal passé, nous avons souvent eu peur de lui, de ce qu’il pourrai faire à notre mère, de plus il nous a toujours parler d’elle d’une fa?on que je n’accepte pas…Il ne nous respecte pas comme des adultes aujourd’hui, nous devons le respecter mais ce n’est pas reciproque, d’ailleurs, nous nous sommes disputé avec lui il y a quelques jours, et il ne veux plus nous voir car nous nous sommes ennervés et lui avons reprocher son absence dans nos vie..Je sens une haine en lui, il m’a parfois parlé d’ue enfance difficile avec une mère assez violentes et il est allé en maison de correction..
Notre passé est difficile à oublier, et nous souffrons de toutes ces images et de toutes les paroles qu’il nous a adressé pendants des années, comment lui pardonner…
Mais surtout comment faire pour que lui meme laisse “sortir” tout ce qu’il a en lui, car il m’a deja dit, que lui avait aussi eu une enfance difficile et que ca ne l’empechais de vivre, alors nous, nous devons vivre sans souffrir, c’est comme ca c’est la vie, le passé ne doit pas revenir en nous..
Mais moi je n’y arrive pas, il est toujours présent en moi, j’ai 22 ans et cela fait maintenant quelques années que tous ces souvenirs sont là, pourquoi tant de haine en lui et pour ma maman..
Pourquoi n’avons nous pas le droit de souffrir pour lui..
Depuis cette dispute je ne suis pas bien du tout et mes frères qui veulent me faire croire le contraire souffrent aussi…
Je sais que je ne peux rien faire pour mon père, mais j’aimerai tellement comprendre et surtout que nous apprennions a vivre avec le passé, mais qu’il ne nous empeche plus d’avancer…
Si vous pouviez me donner des conseils…
En vous remerciant d’avance.. Sandy, 22 ans.

AM: Je vous conseille de lire mes articles sur ce site, page “ARTICLES”, surtout sur le pardon et sur la culpabilité. Vous ne pouvez pas changer votre père, le comprendre ne vous rapporte rien s’il ne veut pas se comprendre lui-même. Mais prendre au serieux la souffrance de la petite fille que vous étiez peut vous apporter beaucoup.

Réponse de Brigitte.

Votre témoignage est le reflet de ce que pensent tous les gens, c’est pourquoi il est si difficile d’accepter que l’on a été maltraité parce que l’on ne reconna?t pas les actes tels que vous les décrivez comme de la maltraitance. Et pourtant comment peut-on nommer un père au comportement impulsif, sévère, violent avec sa femme, qui vous parle d’elle sans aucun respect et qui vous demande par contre de le respecter, qui ne daigne plus vous parler quand vous lui dites que vous avez souffert de son absence et qui vous montre sa haine?
Vous dites pourtant que vous avez peur de lui et n’importe quel enfant aurait eu peur dans une ambiance comme la votre aussi mena?ante et insécurisante, jamais à l’abri d’un passage à l’acte de sa part, rien que le fait d’avoir vécu dans ce danger est une maltraitance. Aujourd’hui vous pouvez tout à fait vous protéger de lui mais quand vous étiez enfant vous n’aviez aucune chance de lui échapper vous le saviez et en aviez très peur, c’est cette enfant là qui a été maltraitée par le comportement perturbé de cet homme.

En sortant du déni de votre enfance vous commencerez à vivre et vous ne pourrez plus croire les discours qu’il tient sur les souffrances du passé et surtout vous ne risquerez pas de faire la même chose à des enfants parce que vous aurez senti la douleur de la maltraitance de votre père. De cette fa?on vous ne vous poserez plus la question: “pourquoi n’avons nous pas le droit de souffrir pour lui”, mais sans doute: ” pourquoi devrais-je encore souffrir pour lui !”.
La liste FAQ, vous permettra de trouvez un témoin lucide pour vous accompagner dans la compréhension de vous même.
Cordialement Brigitte