Placer sa santé avant la famille

Placer sa santé avant la famille
Friday 23 November 2007

Chére Alice,
Chère Brigitte

Je vous écris pour vous parler de l’évolution de mes émotions.
C’est trés important pour moi de pouvoir vous parler.
Vous êtes les seules à comprendre ce que je ressens.
La réaction choquante de ma mère à la lettre que je lui ai envoyée, et la perte des illusions à son encontre m’ont mis dans un état de choc ,un état de sidération qui m’ont effrayée.
La souffrance que j’ai ressentie est innommable, quelque chose qui venait du plus profond de moi même.
Je pensais ne jamais sortir de cet état.
Les réactions de mes soeurs ne m’ont pas aidée.
Quelques jours aprés la réaction négative de ma mère ,et s?rement sous l’influence de mes soeurs,ma mère me laisse un message qui pouvait paraitre compréhensif disant qu’elle voulait me serrer dans ses bras comme le jour de ma naissance.Moi je n’ai pas vu quelque chose de positif dans ce message..Il ne pouvait effacer sa réaction spontanée:”Mais qui n’a pas été violée dans sa vie???”
Il ne suffit pas de verser quelques larmes pour annuler tant d’années de souffrance.
Comme si elle voulait revenir au jour de ma naissance ,pour m’avoir à sa merci, sans défenses, et sous sa dépendance complète.
Si elle avait été si heureuse de ce jour là ,elle aurait fêté mon anniversaire comme elle fêtait celui de ma soeur.Même aprés lui avoir dit pendant des années ma souffrance de son attitude, elle était dans? l’impossibilité de le fêter .
j’ai expliqué à ma soeur pourquoi je ne pouvais entendre cette phrase comme un désir de repartir sur de meilleures bases: ma soeur y voit un c?té positif parce qu’elle a été reconnue par ma mère,respectée dans ses besoins et jamais agressée.Nous avons la même mère et pas la même histoire.
j’ai l’impression que ma famille me demande de l’excuser rapidement pour pouvoir reprendre la vie d’avant,
quand je supportais tout sans rien dire.C’est comme si j’entendais:elle est vraiment gentille de s’excuser aprés la lettre que tu lui as envoyée.
Je constate que lorsque la mère vous a mis à une place définie, toute la famille se comporte avec vous? comme votre mère s’est comportée.Ma soeur s’est vexée de mes explications ,ne supportant pas que je parle de différence d’histoire,et depuis a rompu . Toutes les relations au sein de la famille sont? bouleversées.Depuis une semaine je n’ai plus aucune relation avec mes soeurs .
Aprés avoir touché le fond , et vécu un chagrin immense pendant les quinze jours qui ont suivi la phrase choquante de ma mère,là je me rends compte que je commence à sortir la tête de l’eau et j’ai des moments de PAIX en moi que je n’avais jamais ressentis.
UNE PAIX PROFONDE , comme un relachement de tensions emmagasinées depuis le jour de ma naissance.
Ce n’est pas seulement la rupture définitive avec ma mère qui m’a soulagée, c’est surtout le fait de lui avoir? écrit tout ce que je pensais.C’est comme si j’avais fait une plaidoirie pour la défense de cette petite fille
qui a tant souffert et tant supporté sans rien dire. Je m’aper?ois que DIRE SA SOUFFRANCE à la personne qui nous a fait souffrir est VITAL.
Finalement la distance avec mes soeurs est aussi importante car je m’EPUISAIS à dire ce que je ressentais.Aprés chaque conversation téléphonique j’étais fatiguée du peu de compréhension .
Je n’attends plus rien d’elles. Nous n’aurons jamais la même histoire.
Quand je me plaignais à une de mes soeurs des 13 ans où ma mère était chez moi,juste aprés le mariage,où je me plaignais de ne pas avoir eu d’intimité avec mon mari, elle me répondait qu’elle avait d’autres problèmes .J’avais beau lui répondre que moi aussi j’avais ces autres problèmes mais que j’avais en plus ceux avec ma mère et qui étaient énormes ,elle ne comprenait pas. Quand il lui est arrivé de prendre ma mère pendant quinze jours,elle la ramenait avant, disant qu’elle était trop insupportable.Ma mère ne le lui
reprochait pas parcequ’elle avait un r?le de mère avec elle, elle respectait ses besoins , ses désirs.
Si vous saviez comme c’était dur de voir que mes besoins, mes désirs étaient bafoués, alors que ma soeur? en plus de son anniversaire qui était fêté , pouvait faire ce qu’elle voulait sans être agressée.
Je me sens encore plus EN PAIX depuis que je n’ai plus d’échanges avec mes soeurs.
Quand les relations sont nocives il ne sert à rien de persister à les maintenir.
Je ne pensais pas trouver cette paix au bout de ce tunnel si sombre….
Je voudrais que mon témoignage aide des personnes qui souffrent ,comme leurs témoignages sur votre site,
m’ont aidée et m’aident.
Merci Brigitte de m’avoir répondue si rapidement suite à ma dernière lettre, vous avez senti combien j’étais en détresse.
MERCI de m’avoir accompagnée tout au long de cette remise en question douloureuse…..
Je conduis de nouveau .Cela faisait un an et demi que je ne conduisais plus, suite à mes problèmes de dos.
C’est grace à vous. Toute seule je n’y serai pas arrivée.
MERCI POUR TOUT.
Je vous embrasse.

Réponse de Brigitte:

Votre corps vous raconte déjà que vous avez fait le bon choix, en reprenant la conduite il vous rend un grand hommage au courage dont vous faites preuve chaque jour qui passe. Vous ne pouvez pas prendre le risque de rester malade ou encore plus endommagée pour que vos soeurs aient la conscience tranquille. A aucun moment elles n’ont eu la moindre compassion pour vous et elles ne pourront probablement jamais en avoir. Votre corps est votre seul témoin et il vous raconte toute votre histoire, pour cela vous en conviendrez sans doute qu’il mérite d’être placé avant vos soeurs et la cruauté de votre mère. Vous avez tout mon soutien pour oser sauver votre vie enfin. BO