Paroles d’une petite fille de 18 mois

Paroles d’une petite fille de 18 mois
Wednesday 02 April 2008

Bonjour Alice, bonjour Brigitte,

je me présente. Je m’appelle S., et j’ai 18 mois. Je suis une petite fille très curieuse et dans ce monde il y a tant de choses à faire et à découvrir….le seul problème, c’est que dans l’appartement de mes parents, je n’ai pas le droit de toucher les objets….Si je le fais quand même, ma mère me tape sur les doigts, alors…….je m’ennuie, je m’ennuie à mourir….personne ne s’occupe de moi, personne ne veut jouer avec moi….et j’en ai marre de tourner en rond comme un poisson dans un bocal, ma tête va exploser….
Me vient l’idée du bac à sable. J’aime beaucoup le bac à sable, sentir les grains de sable, les faire glisser entre les doigts, les voir passer dans les trous du tamis, faire des patés….c’est fascinant tout ?a ! Et en plus, on n’est jamais seul . Il y a toujours du monde au bac à sable
Alors je prends mon seau et mon tamis et je pars ! C’est l’aventure !
J’ouvre la porte de l’appart, je descends les escaliers…la porte en bas est très lourde et difficile à ouvrir. Mais j’y arrive . Une fois sur le trottoir, j’ai un peu peur. Le bac à sable est juste en face, mais là, il y a beaucoup de voitures et beaucoup de bruit, une grande route à traverser……Allez, j’y vais, j’y suis presque. Je me lance et arrive de l’autre c?té de la route, très fière de mon exploit, de mon autonomie. J’ai réussi !!!!! et je me donne aux joies du sable.
Peu après , je vois la tête de ma mère arriver. Elle a d’abord l’air soulagée, puis furieuse. Elle est folle de rage, je ne sais pas pourquoi, j’ai peur, une énorme boule au ventre, j’ai du faire quelque chose de très mal. Elle m’attrape la main si fort qu’elle écrase mes doigts. J’ai mal et je veux me défaire de cette prise douloureuse.Mais au lieu de me lacher, elle serre encore plus fort et me tra?ne comme un paquet. Je pleure et aussit?t elle me lance un regard plein de haine , qui me glace….Je n’ose même plus pleurer.J’ai peur, j’ai tellement peur. Qu’est-ce qui va se passer ?
En montant les escaliers, elle me tire et mes pieds et genoux cognent contre les marches. Je ne suis rien pour elle …..juste un fardeau….
Arrivées dans l’appart , elle se transforme en un monstre violent. Elle me traite de tous les noms. Je veux m’enfuir, mais elle m’attrape par le poignet ….et elle serre très fort, elle m’écrase le poignet. Je hurle de douleur. Ses yeux de zombie me terrorisent, sa bouche qui hurle me glace le sang, puis elle attrape un objet pour me frapper. Je veux crier : ” non, maman, non, fais pas ?a !!!!” ; mais rien ne sort de ma bouche, il n’ y a aucune issue. Je suis coincée dans ce cauchemar.
Elle me frappe sans pitié sur la hanche, le dos , la nuque….les douleurs sont insupportables. J’ai peur de mourir. Je sens que je vais m’évanouir….
Puis je me détache, je flotte au-dessus de la scène…. Je vois tout, mais je ne suis plus vraiment là, je vois tout comme au ralenti. Je ne ressens plus rien, mais mon corps est toujours au sol, roué par les coups, accablé par les cris et les douleurs……
Quand ma mère a fini de déverser sa haine sur moi, je peux ré-intégrer mon corps meurtri. Je suis anéantie par autant de violence, de cruauté, de haine….
Qu’est-ce que j’ai fait ?
Pourquoi maman est si furieuse contre moi ?
C’est de ma faute ?
Suis-je vraiment si méchante, comme elle le dit ?

Mon monde s’est écroulé . J’ai mal au ventre, à la gorge, au poignet, aux pieds, aux genoux, au dos, à l’épaule, aux oreilles. J’ai envie de vomir . Je suis une boule de douleur.
J’écoute la petite fille qui me parle de son vécu atroce . Je déteste ma mère pour tout ce qu’elle m’a fait subir. J’ai vécu l’enfer et elle appelle cela “une enfance heureuse et protégée ” cette abominable garce !!!

Réponse de Brigitte:

En lisant le texte de cette petite fille, on peut vraiment se rendre compte de ce qu’elle vit et ressent dans tous ses membres sous la brutalité et la tyrannie de sa mère. C’est exactement ?a!!!
Et le pire c’est que ce traitement là est justifié par la peur de vous avoir perdu et dans le but de ne plus vous aviser de vous enfuir, c’est pourquoi on peut vous tenir le discours de l’enfance heureuse!! Heureusement vous ne vous y laissez pas piéger, c’est le même discours que “c’est par amour qu’elle a fait ?a pour toi, pour ne plus te mettre en danger”. NON!! Il n’y a aucun amour quand on bat un enfant, seulement la vengeance de son propre passé que l’on fait payer à des tout petits sans défense.
Votre mère confirme son crime en niant et en affichant une enfance idéalisée, elle reste la même sans montrer le moindre regret et la moindre compassion pour la souffrance qu’elle vous a fait endurer, elle est vraiment cruelle. Merci à cette petite fille qui a eu le courage de nous raconter à nous les adultes l’immense douleur qu’un si petit être ressent dans son désarroi. BO