Nier que l’on a été maltraité conduit à répéter

Nier que l’on a été maltraité conduit à répéter
Saturday 10 May 2008

Bonjour,
Je fais depuis peu une analyse, à vrai dire depuis la mort de mon père il y a un an déjà. Je crois que c’est le décès de mon père qui m’a obligé à entreprendre ce travail. Jusqu’à présent j’étais persuadée de faire une auto analyse, mais je me rends compte aujourd’hui que je tournais en rond autour des mêmes questions. J’ai grandi auprès d’un père dépressif qui avait des accès de violence qui m’ont terrorisé, et une mère qui m’a transmis ses peurs ses angoisses et ses phantasmes. Mes parents sont arrivés en France lorsque j’avais 4 ans, et j’ai toujours ressenti leur exil, leur déracinement. Je ne sais pas si dans mon cas on peut parler de mal traitance. Je suis une mère de 42 ans qui a la même peur au ventre d’aller de l’avant, qui déteste son corps, qui ne sait pas nager, qui a des sentiments de colère et de fureur, qui a besoin de rompre avec les gens régulièrement. Ma plus grande crainte est de reproduire cela auprès de ma petite fille de 5 ans.
je dois dire que mon père nous battait pour soulager la rage qu’il avait trop longtemps contenu.
J’aimerais savoir si vous considérez mon histoire comme celle d’une enfant mal traitée.
Merci de me répondre

AM: Oui, bien s?r, même si vous étiez battue pour n’importe quelle autre raison, même une fois, vous étiez maltraitée. De nier ce fait vous met en danger de répéter le comportement de vos parents envers votre enfant. C’est pourquoi il est dans votre intérêt de conna?tre la vérité.

Réponse de Brigitte:

Tout comme vous ressentiez enfant, l’exil et le déracinement de vos parents qui vous a empêché de jouir de la vie, votre petite fille ressent votre peur d’aller de l’avant, de nager, le dégo?t que vous portez à votre corps, votre fureur à l’intérieur, votre besoin de vous isoler de vos relations. Tout cela la met dans la même insécurité que vous avez vécue jadis alors que vous n’étiez qu’une toute petite fille qui avait soif de la vie.
En regardant cette vérité en face vous pourrez vous libérer enfin de ce qui vous maintient dans ces peurs pour vivre en toute sécurité et transmettre à votre fille le bonheur d’exister. BO