Ne pas faire culpabiliser les parents qui maltraitent

Ne pas faire culpabiliser les parents qui maltraitent
Monday 12 May 2008

Bonjour Alice, bonjour Brigitte,

j’ai transmis mon héritage de violence, malgré mon désir de faire
? autrement ?.

Je suis un ex-enfant battu. On me battait parce que je me battais avec
mes frères et s?ur, parce que je faisais des bêtises, on me battait
quotidiennement parce que je faisais pipi au lit, et aussi parce que,
étant l’a?née, je montrais le mauvais exemple à mes frères et s?urs :
c’est à cause de moi que mes frères faisaient pipi au lit, bien
s?r. On? me battait avec un tuteur en bambou. Mes parents rient encore de la
fois? où ils ont acheté un martinet, qui s’est cassé dès la première
utilisation.

Je savais que je n’avais jamais rien fait d’exceptionnellement mal,
et? pourtant, j’étais battue, et quand on me parlait des ? maisons de
correction ?, j’avais l’impression qu’il était possible qu’on
m’y envoie? un jour.

J’étais devenu une personne calme, un peu introvertie. Je croyais
moi-même que j’étais quelqu’un de calme.

J’étais étonnée aussi, que l’on n’ait pas le droit de battre
quelqu’un? dans la rue, mais qu’on ait le droit de battre ses enfants.

*Je m’étais juré de ne jamais battre mes enfants, car je savais que

c’était injuste*. Rationnellement, je croyais que j’en étais
capable. Si? j’avais su ! Il n’y avait rien de rationnel dans mes réactions
face aux? petites bêtises de mes enfants !

J’ai commencé par crier sur mon fils a?né lorsqu’il faisait une bêtise,
dès l’age d’un an.

Et je l’ai battu. Surtout lui, et parfois aussi le second. Je le battais
parce qu’il se battait avec son frère, et aussi parce qu’il faisait des
bêtises d’ordre matériel. évidemment, je ne le battais pas pour le
pipi? au lit, car je savais très bien qu’il n’y pouvait rien. Je les ai
battus? tous les deux un dimanche matin parce qu’ils étaient réveillés
t?t, et? qu’ils scandaient leur faim pour nous réveiller. J’ai battu le
second? lorsqu’il m’a demandé de saisir pour lui son dossier de stage de
3^ème? en entreprise qu’il devait rendre le lendemain, alors qu’il se
refusait? à le faire lui-même depuis un mois.

Lorsque je les tapais, j’étais en rage, rien ne pouvait
m’arrêter. C’est? pourquoi je les tapais avec les mains, je savais que j’allais
m’arrêter? à cause de la douleur aux mains. Je me refusais à employer le baton
car? je ne savais pas si j’allais pouvoir m’arrêter, et mon instinct me

disait qu’ils seraient en grand danger. Mon mari ne me stoppait pas.
Il? restait étonné de tant de violence, peut-être était-il paralysé,
tétanisé. Chez lui, sa mère se faisait battre et insulter
quotidiennement.

Après ces séances de torture, je pleurais des heures entières car je
m’en voulais de l’avoir fait, de n’avoir pas été capable de m’empêcher
de violenter mes enfants. Je ne voyais pas comment faire. Quelquefois,
avant de donner la fessée, je me demandais : comment puis-je faire
pour? résoudre ce problème sans fessée ? Mais je ne trouvais aucune idée,
et? la colère montait aussit?t.

J’ai fini par consulter une conseillère familiale, lorsque
l’a?né avait? huit ans, et les violences se sont espacées. Et puis les gar?ons sont

devenus grands, et capables de se défendre, il n’était plus
question de? les taper : je risquais d’en recevoir en retour !

Aujourd’hui, mon fils a?né est un révolté, et je comprends très
bien? pourquoi. Mais lui, il détruit tout ce qui pourrait le rendre
autonome.
Je ne sais pas quoi faire pour lui.

Par ce texte, je veux simplement témoigner du fait que la violence
subie? par un enfant se multiplie. Que c’est très grave. Et qu’il faut
absolument faire quelque chose. Former les futurs parents, et leur
donner des outils pour empêcher que cela continue. Peut-être un
numéro? vert, des groupes de parole, des associations avec des spécialistes
qui? les aident. Je ne sais pas. Mais cela me semble urgent.
AM: Vous avez raison, il faut organiser une aide SOS pour les parents qui sont en danger de battre leurs enfants. Nous avons déjà organisé un tel service par téléphone mais ….. aucun parent n’a appelé. Comme vous écrivez, la pression de répéter ce que les propres parents ont fait est très forte. Pourquoi? Parce que cela nous permet de ne pas voir leur CRIME. Nous avons PEUR DE LE VOIR. Une fois que vous vous en rendez compte, VRAIMENT, EMOTIONNELLEMENT, et que vous condamnez le comportement de vos parents de tout votre coeur, vous n’avez plus besoin de battre vos enfants.

Réponse de Brigitte:

un autre phénomène intervient qui empêche de faire circuler les informations sur les conséquences de la violence éducative, c’est la peur de faire culpabiliser les parents de battre les enfants. Et pour ne pas être accusé ou agressé par cette vérité, tous les services d’aides à l’enfance préfèrent nier, banaliser ou minimiser la réalité parce qu’ils sont pris eux aussi dans le piège de la peur d’être battu d’affirmer qu’ils ont retrouvé la vue et le discernement. De cette fa?on nous pouvons tourner en rond pendant longtemps, en tous cas, jusqu’à ce qu’un haut placé de ces gouvernements décide de mettre fin à cette dramatique ignorance. BO