Le chemin

Le chemin
Thursday 29 March 2007

bonjour Madame,

vos paroles correspondent à mon histoire, à mon enfance
soit abus de pouvoir tels que fessées, claques sur la tête, douches froide,
moquerie physique, mensonges, manipulation, non respect
de mon ressenti, de mes sentiments, n’avoir pas été aimée,
obéissance aveugle imposée pour le bien de l’enfant,
l’enfant ne parle pas à table, il ne doit pas interrompre un
adulte, il n’est pas respecté, il n’a aucun droit que
d’être sage et obeissant pour faire plaisir à maman,
il ne faut surtout pas faire de peine à maman etc….etc….

Actuellement je peux faire le constat que je n’ai
pas été aimée pour ce que je suis et je ne le suis toujours pas, je ne le serais
jamais et cela quoique que je fasse cela ne sera jamais assez et il n’y aura
jamais de reconnaissance de tout ce qu’il y a de biens et d’intéressants dans ma
personne.

C’est pour cette raison que j’ai décidé (j’ai 46 ans)de m’aimer moi-même pour mon bien sans rien attendre de personnes extérieurs et pour cela je pense qu’il y a une seule fa?on à part le fait
de ressentir sa douleur c’est de se faire du bien et de chercher à se construire.
Car je me suis déjà suffisamment condammée en sacrifiant une profession dans laquelle je résussissais bien et en vivant un amour destructeur.
Mais il est si facile de se sentir de nouveau déconnecté de soi-même et de retomber dans des anciennes fa?ons de fonctionner comme se sentir coupable et les ruminations, cela revient quand je m’y attends le moins et surtout pas volontairement.
Parfois je perds espoir de me débarasser complétement de ces systèmes mentales de fonctionnement même si je commence de plus en plus souvent à ressentir une joie profonde à d’autres moments quand je per?ois cette liberté merveilleuse que je vis simplement pour moi tel que je suis et que
j’ai le droit de ressentir ce que je ressens, oui alors c’est merveilleux et je me sens
en accord avec moi-même et un individu dans sa totalité.

Mais j’ai encore beaucoup de contractions musculaires et je ne sais pas comment les atténuer voir les supprimer totalement, c’est ce que j’aimerais de tout mon coeur.

J’ai l’impression parfois que le vécu des traumatismes, des blessures ressentis inscrits
dans la mémoire ne pourra jamais complétment s’estomper, quand pensez-vous.

Je vous envoie mes pensées les meilleures.

AM: L’important est que vous ayez trouvé votre chemin. Personne ne peut vous dire maintenant quel en est sa longueur. On verra.

Réponse de Brigitte:

Malgré tous vos efforts à vous faire du bien pour vous construire, tout votre corps souffre de douleurs musculaires, vous pouvez donc vérifier qu’il n’est pas suffisant de vouloir s’aimer pour ne pas souffrir de nos traumatismes d’enfant.
Vous craigniez que les blessures inscrites dans votre mémoire ne pourront jamais complètement s’estomper, c’est vrai si vous les évitez pour ne pas sentir leur douleur, d’ailleurs votre corps vous rappelle en permanence que ces souffrances existent.
Vous avez été battue, méprisée et humiliée si jeune, que votre corps tout entier vous demande de prendre au sérieux ce qui s ‘est vraiment passé, seule votre rage aujourd’hui peut vous permettre de sortir de la peur de l’enfant maltraité que vous étiez pour vous défendre contre cette mère abominable. De cette fa?on vous pourrez certainement soulager vos douleurs. BO