L’apprentissage à l’université

L’apprentissage à l’université
Tuesday 03 November 2009

bonjour Brigitte, bonjour Alice Miller,

?a fait un bail que je vous ai pas écrit mais j’ai envie d’échanger avec vous sur un point qui me travaille.
j’ai re?u ce jour la correction de mes exercices que je rend dans le cadre de mes études de psychologie à distance avec une école privée et je comprends pas comment on peut dire que la “manipulation” est un mot trop fort pour décrire ce que les parents d’une anorexique ont fait avec elle pour qu’elle en arrive là.
je décrivais mes hypothèses d’analyse et je citais Alice MILLER comme d’autres auteurs, là, contente je m’aper?ois que la correctrice approuve complètement, je déroule mon argumentation tirée entre autre du journal fictif d’Anita FINK (dans “notre corps ne ment jamais”, “notre corps ne se nourrit pas que de pain”), la correctrice dit que c’est pertinent, tout à fait juste et quand je dis que l’anorexique manipule son corps, elle me dit “très bien”, quand j’ajoute qu’elle le fait de la même fa?on qu’elle a été manipulée par ses parents, elle me dit la même chose mais quand j’écris “son travail thérapeutique peut lui permettre de déceler les manipulations de ses parents”, elle me dit “le mot est excessif, c’est un phénomène inconscient”. ??
plus loin, je dis qu’enfant, la patiente a été utilisée comme support de projections, et que ses parents l’ont manipulée pour répondre à ses besoins de vengeance, elle met “oui, TB”, là, je me dis, “est ce qu’elle serait plus ouverte que les autres?” et aussit?t je dis “c’est de la manipulation” et là elle me répond “pas forcément, phénomène inconscient!”
je comprends pas très bien comment on peut dire que parce que c’est inconscient, c’est pas forcément de la manipulation.je crois qu’elle ne veut pas accuser ses propres parents donc je n’aurais pas d’échange avec elle là dessus, c’est peine perdue.par contre, moi, je m’interroge : inconscient ou pas inconscient, c’est de la manipulation, non? pis est ce réellement inconscient? petite ma mère me demandait : “tu as bien demandé ce qu’il fallait au boucher? “alors que je devais lui ramener sa viande, je répondais “oui, bien s?r” d’une petite voix craintive et elle me tombait dessus aussit?t “pourquoi bien s?r, tu dis pas toujours c’qui faut, c’est même très rare”, ainsi elle me posait une question, pour moi aujourd’hui je sais que c’était pour m’humilier. c’est pas de la manipulation ?a? je ne peux que penser que c’était pas si inconscient que ?a. pis de toute fa?on, qu’est ce qu’on s’en fou, conscient ou inconscient, c’est dégueulasse, trop douloureux.elle peut aller se faire voir ailleurs cette pourrie.
c’est pénible de travailler dans ces conditions. j’ai l’impression qu’ils jouent sur les mots (j’avais écrit “mort”…).

à bient?t peut être,

Réponse de Brigitte :

Le principal c’est que vous restiez lucide sur la réalité des faits sans les enjoliver par des mots qui cachent la vérité et encore moins les dissimuler derrière des théories qui ne ressemblent en rien avec les recherches de votre vrai soi que vous vous êtes appliquée à faire. BO