La thérapie qui peut détruire

La thérapie qui peut détruire
Friday 25 April 2008

Bonjour Brigitte, bonjour Alice,

Je vous aies déjà écrits voilà de cela quelques mois, vous résumant ma vie et la violence subit par mes deux parents..Vous avez publier ma lettre , le 23 février, Pire est la violence des parents et pire l’ enfant s’ accroche à lui. Merci de m’ avoir donné cette place car j’ ai grandement appréciée votre réponse…Je ne vois plus mon père depuis deux, et je ne vois plus ma mère depuis deux mois…Elle téléphone et laisse des messages, mais je ne retourne pas ses appels…Ce n’ est pas facile, il y a beaucoup de résistances dans mon esprit, beaucoup de culpabilité, mais comme j’ ai décidé de me choisir et de vivre enfin ma vie dans la paix et bien je veux vraiment résister à mes conditionnements d’ enfants victimes de violences parentales…

Je vous écris aujourd’ hui concernant mes rapports avec la nouvelle thérapeute que je vois depuis près de six rencontres, à raison d’ une rencontre pas semaine…J ai re?u ce service , par l’ IVAC, c est à dire, l’ indemnisation pour les victimes d’ actes criminelles, un suivit psychiatrique à raison de 26 semaines, renouvelable pour un autre 26 semaines si le besoin il y a…Je souffre actuellement d’ un choc post traumatique avec dépression majeure, suite à ma dernière relation conjugale de violence…Le dernier événements il a faillit me tuer et je ne suis jamais retourner vers lui, il y a de cela huit mois…

Je sais , et je suis très consciente que j’ ai attiré le même genre d’ hommes que mon père , dans toutes mes relations d’ ailleurs…Les deux dernières relations comportaient de la violence physique…Je sais aujourd’ hui que si j’ ai attiré ce genre de relation dans ma vie c est aussi que je n’ ai pas apprise enfant à me protéger…que la violence subit pas mes deux parents ne m’ ont pas permis non plus de développer une forte estime de soi…ET je sais aussi que en tant que femme je suis conditionné à aimer à tout prix, à devoir faire des efforts pour aimer et être aimer et à vivre pour le regard de l’ autre…J ai pris conscience des toutes ces conditionnements dans ma vie et je travaille sur moi pour sortir de la culpabilité et de la dépression qui est la réaction de mon corps face à toute cette violence subit…

La thérapie que je suit actuellement devrait m’ aider à surmonter ou à apprivoiser le choc post traumatique subit qui a fait revivre en moi toute les autres violences subit dans ma vie…Je ne prend aucun anti dépresseur, je refuse les médicaments…Je me soigne en écrivant, en dessinant, en mangeant mieux, et en buvant beaucoup d’ eau..J essais aussi de mieux respirer, et de me réapproprier ma vie…car je suis cassé il vas s en dire…

Par contre je me pose de sérieuse question sur la bonne méthode de cette thérapeute vis à vis mon besoin de parler de ma colère et ma haine envers mes parents, envers mes conjoints qui ont étés violents, envers la société qui se fou de la violence encore trop présente dans nos vies d’ enfants…en fait j’ ai ce grand besoin de parler et de faire sortir ma colère et aussi d’ être valider dans mes sentiments…

Cette dernière me répond pour ma mère, mais elle à subit de la violence elle même…et pour mon ex conjoint violent, et bien il a subit de la violence lui même…et elle me parle de lui, de son passé , etc…

ET moi je me sens pas confortable avec ?a…elle me dit que je prend trop toute personnelle…et que j ai un problème de faible estime de soi…

Je ne sais pas si c’ est moi qui est trop susceptible ou le choc post traumatique embrouille mes perceptions mais j’ ai l ‘ impression qu’ elle banalise ma réalité …la réalité de la violence subit par mon père, ma mère et ce dernier conjoint…qui a faillit me tuer la dernier fois que j’ ai été avec lui…

Je sais que la violence rend les personnes fragiles, et que rebatir son estime de soi prend du temps….mais ce soir en revenant de la rencontre j’ ai pleuré et je voulais mourrir…je ne me sentait vraiment pas bien…et je me dis que je n’ ai pas besoin de ?a…mais en même temps je me demande si je n’ essaie pas de fuir la réalité qu’ effectivement je prend tout trop personnel, et que je manque de profonde estime de soi et que finalement mon ex avait raison de dire cela , car il disait cela aussi de moi…

N’ y aurait il pas un manque de délicatesse quelque part, un manque de sensibilité …ou un travail pas fait de son coté…j’ ai l’ impression de me faire infantiliser , de ne pas avoir la confiance que j’ aurais tant besoin pour revivre…puis je retrouver cela seule sans thérapie…je ne sais pas..j avoue avoir très peur, de me suicider avec le temps parceque trop lourd…

Devrais je lui en parler, devrais je trouver un autre thérapeute, ou m écouter , me faire confiance et laisser tomber tout ?a…et refaire ma vie sans eux…

Mais en même temps j’ ai ce besoin énorme de partager, de dénoncer…de dire ma colère…et je réalise à mon fort étonnement que peux de gens accepte de dire les vraies choses, banalisant toujours nos mauvais traitements subit dans l’ enfance , comme si l’ enfant ne pouvait jamais dire que ses parents n’ ont pas été de parents responsables, et surtout la mère…ont dirait qu’ il est pire de remettre en question les agissements violent de la mère que du père…

Je ne sais plus quoi faire, je me sens si seule et si isolée dans tout ?a…pourriez vous me lancer une piste…suis je en dehors de la track ou mes intuitions sont bonnes…

Merci de votre réponse

Bien à vous…

Réponse de Brigitte:

C’est justement parce que vous avez de l’estime pour vous que vous vous êtes débarrassée des personnes qui vous ont torturée pendant des années et c’est parce que vous avez confiance en vous et en vos sentiments que vous avez pu discerner l’incompétence de votre thérapeute.
Il est certain qu’elle a très peur de la réalité de votre passé, c’est pourquoi elle justifie le comportement de vos parents et celui de vos conjoints. De cette fa?on on ne peut qu’entretenir le cercle vicieux de la violence. Vous n’essayez pas de fuir la réalité comme elle tente de vous le laisser croire, au contraire dans votre envie de mourir après la séance, votre corps a réagi au mensonge dans lequel elle veut vous maintenir. Vous avez senti qu’elle vous emmenait dans la perte de vous-même et le même isolement dans lequel vos parents vous ont plongée jadis.
Vous pouvez vous féliciter d’avoir vu si vite que cette thérapeute ne pouvait pas vous accompagner vers la liberté que vous recherchez. BO