La répétition quand même

La répétition quand même
Wednesday 07 May 2008

Même si je ne suis pas sur le bon site, madame Miller merci de me lire quand même.

Cela fait déjà longtemps que je souhaite vous écrire pour vous demander votre aide, mais je me disais que mon histoire est longue et semblable à d’autres histoires et que cela ne servirait à rien.Mais aujourd’hui ma crise d’angoisse que j’ai du mal a faire passer,me dit pourquoi pas, peuêtre que tu seras entendue et que tu y verras plus claire.
Enfant,je suis née avant terme car mon père avait battu ma mère (c’est une de mes soeurs qui me l’a raconté) la clinique où je suis née ne possedait pas de couveuse mais mon père ayant refusé(c’est ma mère qui me l’a raconté)d’apporter tous les jours le lait de ma mère dans une autre clinique dotée d’une couveuse,j’allais pensait ma mère mourir donc elle m’a baptisée, ma soeur L qui était ma marraine m’a donnée mon prénom chantal et ma mère les deux autres marie -ange.
J’étais comme toute la famille(nous étions 5 fréres et 6 soeurs, je suis la 11ème d’ailleurs c’est comme cela que l’on me présentait quand il y avait des invités mon père disais c’est la 11ème et ma mère c’est la dernière la petit gatéé(j’ai envie de hurler!!!) battu avec ceinturon, poing,branche de pêcher que nousdevions aller chercher nous même et il fallait bien la choisir, il fallait qu’elle fasse bien”vouff, vouff”quand on la maniée, qu’elle ne se casse pas au premier coup.
Privé de nourriture sous prétexte de manquer d’argent,mais un jour en revenant de l’école en bus j’ai vu sur le trotoir mon père sortant d’une boulangerie manger un gateau individuel et je me suis dit “il mange des gateaux avant de rentrer à la maison et nous on mange du riz et des carottes à l’eau”
Il était incestieux, un jour ma mère était assise sur une chaise dans la chambre des filles, elle était trés digne droite et des larmes coulaient en silence sur ces joues,j’avai 11 ans,j’interrogeais ma soeur J du regard et elle me raconte trés en colère contre ma soeur E que mon père a proposé de l’argent pour coucher avec elle et acheter son silence, mais au lieux de se taire(ceux sont les propos de ma soeur J)elle est allée tout raconter à notre mère et voilà maintenant elle pleure(et avecle recul car je n’avais rien conpris à l’époque, je medispauvre E, quelqu’un c’est occupé d’elle ??,NON TOUT LE MONDE REGARDAIT CETTE MERE QUI PLEURAIT ENSILENCE DIGNEMENT.
Un jour je jouais en bas de l’immeuble avec mes amis et je devais rentrer à une heure bien précise, sinon je recevais une torgnole, alors j’ai quitté mes amis la mort dans l’ame et je suis rentrée ,seulement il n’y avait que mon père dans l’appartement, il m’a regardée avec un drole de regard et il m’a dit en s’approchant de moi”c’est pas bien de laisser son papa tout seul une gentille fille ne laisse pas son papa seul” et pendant qu’il me disait cela je me mettais entre la table de la salle à manger et lui puisj’ai courru dans la chambre de mes fréres et je me suis mise à pleurer de terreur et j’ai entendu la porte d’entrée souvrir c’était mon frére A , quand il est rentré dans sa chambre et qu’il m’a vu pleurer comme cela il est parti directement voir mon père et j’ai entendu il lui disait “qu’est-ce que tu lui as fait ….et mon père a repondu je ne lui ai rien fait.
Je pourrais vous raconter jusqu’à la nuit des temps des faits de ce genre.
Pour mon père cela était trés clair pour moi d’entrée je savais qu’il était horrible je n’ai jamais eu d’amour pour lui, mais le pire c’est ma mère, car ellenousa fait du chantage affectif toute notre vie et encore aujoud’hui bien qu’elle soit agée de 98 ans.
Non seulement elle ne nous a jamais protégés de cet homme, mais en plus quand par exemple un jour une voisine voyant les marques de “fouétage” sur nos jambes avait dit à ma mère “madame L,je ne pourrai pas me taire longtemps, j’irai à la police et ma mère nous fait rentrer dans la maison et nous dit”si la police vient elle le mettra en prison et nous nous serons à la rue, alors il ne faut rien dire”
Il ya beaucoup de violence”non visible du premier coup d’oeil”entre cette mère et nous?Je ne peux toutes les raconter, mais quand j’étais petite 7 ou 6 ans et comme je toussais une nuit j’étais reveillée par ma mère qui me soulevait ma chemise de nuit pour m’introduire un suppositoire de force sans m’avertir et comme je me débattai un de mes frére venait peser sur mes jambes pour qu’elle puisse faire rentrer le suppositoire (car le suppositoire fondait), à la fin de cette “bagarre” comme j’avais crié pleuré et je me debattais,j’étais meurtrie et elle me dit”t’a pas honte pour un suppositoire faire tan de chichi, tout le monde a vu ton drerière”(suprème honte!! alors que c’étais pire que ?à!!!)
J’ai 56 ans, je suis mariée (nous nous aimons) nous avons une fille de 24 ans maintenant.
J’ai commencée une psychotherapie quand elle avait un an ,car j’ai eu une enorme dépression quand elle est née , je ne pouvais pas la prendre dans mes bras car j’avais peur de lui faire du mal.
Jel’aime mais j’ai du surement etre fusionnelle avec elle, mais je ne savais pas à l’époque que cela n’était pas bon non plus, mais j’ai travaillé sur moi pour ne plus vivre à travers elle.Al’age de 16 ans quand elle était au lycée elle a eu une relation homosexuelle avec son professeur de fran?ais mais cela on ne l’a su que 2 ans aprés quand elle nous a appris qu’elle était homosexuelle elle sortait toutes les nuits rentrée à 4h ou 5h du matin nous regardait avec un regard de reproche comme si elle nous detestait malgré nos discutions ensemble avec son père ou seule avec son père ou seule avec moi ,Heureusement elle a toujours était serieuse dans ses études malgré ses sorties nocturnes, on avait peur pour elle on n’est malheureux.
Deux ans on passait elle est professeur vit chez elle elle viens pas souvent nous voir mais quand elle viens elle nous raconte avec plaisir
plein de choses…………Mais dimanche pendnat que son père était occupé avec un copain, elle m’a dit qu’elle nous reprochait de la rejeter à cause de son homosexualité, je lui ai répondu avec mon coeur qui battait à cent à l’heure,”je ne te rejete pas et ton père non plus c’est à ton choix de vie que nous ne pouvons dire oui”elle m’a pris dans ses bras on s’est serrée dans les bras l’une de l’autre trés fort je lui ai dit a ce moment là “on t’aime, mais ce n’est pas facile car nous n’acceptons pas ton choix de vie et toi tu veux que l’on te dise oui à ce choix, c’est une situation difficile pour tout le monde”
VOILA MA QUESTION:

Puisque ma fille est independante, qu’elle vit la vie qu’elle semble avoir choisie et que nous lui disons qu’elle peut venir chez nous quand elle veut, elle est la bien venue(mais sans son amie du moment) pourquoi demande t elle notre accord ?
Peut être ai-je pensé qu’elle veut me dire “maman, tu restes le petite fille de ta mère qui ne t’aime pas ,en t’occupant d’elle parcequ’elle est vieille, mais tu ne prends pas ta place de mère alors moi je ne sais pas qui je suis dans cette lignée” peutêtre est-ce cela qu’elle me dit ?

Madame Miller, Brigitte je vous en supplie répondez moi je ne sais plus que faire pour ne pas abimer ma fille.

Réponse de Brigitte:

Puisque vous avez la chance qu’elle garde une relation avec vous malgré le fait que vous ne l’acceptiez pas telle qu’elle est vraiment, vous pourriez lui poser la question vous-même, directement.
Il est possible qu’elle s’interroge, à juste titre, sur les raisons qui vous poussent à vous occuper d’une femme qui vous a méprisée en vous laissant odieusement vous faire battre par son mari, qui vous a offerte à ses perversions sexuelles, qui a refusé de vous sauver en exigeant le silence de la voisine.
Alors que, elle qui n’a fait de mal à personne si ce n’est qu’aimer une femme, ne mérite pas votre respect et votre compréhension parce qu’elle a une attirance pour le même sexe qu’elle!!!.
En agissant ainsi, vous faites comme votre mère qui vous a reniée en ne se souciant pas de ce que vous pouviez ressentir et en ne prenant jamais la peine de vous comprendre. BO