Derrière la gentillesse

Derrière la gentillesse
Friday 27 April 2007

Chère Mme Miller,

Je suis tombée sur votre site en faisant des recherches sur l’abus des parents sur leurs enfants.
J’ai perdu ma mère il y a plus d’un an et tout ?a m’a fait réalisé bien des choses. J’ai 30 ans. J’ai toujours laissé les autres abuser de moi parce que je ne pouvais pas faire face. Je viens de laisser tomber des collègues de travail parce que justement elles abusaient de moi.
Je ne me rappelle pas avoir été abusé physiquement par mes parents dans mon enfance mais je me rappelle que je me suis enfermée dans un monde magique dès ma plus tendre enfance. Puis je me suis jettée dans la
lecture dès l’age de 6 ans.
Je m’intégrais pas si mal mais je faisais tout pour plaire à mes parents jusqu’à ce que je commence à faire du théatre à 14 ans. J’avais peur mais j’ai foncé. Ensuite j’ai voulu devenir actrice, ma mère m’a découragée.
Je continuais à prendre des cours. J’aurais tellement eu besoin qu’elle me supporte. Il me semble que si elle l’avait fait à ce moment tout était sauvé.
Mais au contraire plus je m’affirmais comme individu plus elle ne m’aimait pas. La même chose pour mon père qui n’a jamais compris et jusqu’à ce jour qui j’étais vraiment.
Je me suis lancée dans l’alcool, la drogue et les gars jusqu’à 21-22 ans. J’ai fais mes auditions et suis entrée à l’école de théatre. Et oui je savais que j’avais du talent. C’était une école d’acteurs. Encore une fois j’ai été renié. Elle disait à ses amis et collègues que je voulais être prof de théatre. Toujours pas capable d’assumer…
J’ai l’impression d’avoir toujours été en dépression. J’ai vu un psychiatre à 25 ans sous ordre de ma mère. Il m’a dit que j’étais infantilisée.
Elle ne m’a jamais reconnue. No?l avant qu’elle ne meure lors d’une opération qui a mal tournée, elle était décu que je ne retourne pas à l’école dans quelque chose de plus sérieux. Elle ne m’a jamais aidé, si elle m’aidait financièrement, il fallait que je me renie. Elle avait les moyens pourtant. Elle n’a jamais voulu me
voir comme j’étais véritablement. Et mon père est aussi comme ?a puisqu’il s’est laissé dominer par elle.
Mon frère a étudié pendant 10 ans sous ordre de Maman dans plusieurs pays, il s’est laissé dominer aussi par elle. Mais échoua chaque fois.
Moi j’ai compris tout de suite. J’aurais tellement aimé qu’elle m’aime.
F
Réponse de Brigitte:

N’importe quelle personne qui aurait vécu avec une mère qui n’accepte pas son enfant tel qu’il est vraiment, aurait passé le reste de sa vie à se laisser abuser par les autres. C’est cette attente d’amour et de reconnaissance que l’on a jamais eue qui nous entra?ne ensuite dans des attitudes où l’on se nie totalement en espérant que cet amour viendra un jour. On est capable de se mettre au service de tout le monde comme nous le faisions auprès de nos parents pour obtenir des miettes d’un pseudo amour ou de rien du tout. Dans cette dynamique, tout le monde peut profiter de notre souffrance, je dis bien souffrance parce que derrière la gentillesse que l’on affiche il y a la peur de ne pas être aimé si on ose se montrer tel que l’on est vraiment. BO