De Dolto à Miller

De Dolto à Miller
Wednesday 08 April 2009

Chère Madame Miller

Au sujet de ma conférence de ce 21 mars, je voulais vous apporter quelques précisions : le public (64 personnes finalement) était hétérogène : éducateurs, infirmières, puéricultrices, deux médecins, parents et grands-parents, trois jeunes étudiants.

Les réactions ont été dépourvues d’hostilité, comme je vous le disais ; au cours de l’exposé quelques réticences s’étaient tout de même manifestées. (Mes amis répartis dans le public m’en ont fait part).

Les questions sur lesquelles nous avons le plus débattu étaient celles-ci :

Que pensez-vous de la résilience ?

Pourquoi certains enfants frappent-ils leurs parents ? Comment doit-on se conduire avec les ? enfants-rois ? ?

Comment briser le cycle de la violence ?

Comment peut-on retrouver l’enfant en soi ?

Ne faudrait-il pas créer des écoles des parents ?

Certaines personnes -des hommes surtout, ce qui est nouveau- sont venus me remercier après le débat (qui a duré environ une heure après 1h 20 d’exposé).

J’ai choisi de commencer par Fran?oise Dolto parce que j’avais remarqué, lors de mes cours, que cet exposé initial constituait une sorte de préparation psychologique à une remise en question beaucoup plus radicale de l’éducation traditionnelle, à laquelle vos livres nous invitent.

Comme je vous le disais au téléphone, j’apprécie certains aspects de ses conceptions de l’enfance, entre autres :

– Sa reconnaissance des besoins du tout petit : sécurité, amour, authenticité, vérité, ? il n’y a rien de pire, pour un enfant, que de perdre le sentiment de sécurité existentielle ?.

– La valeur qu’elle attache à l’enfant et à l’adolescent qui sont porteurs d’avenir, de créativité, la société ne reconnaissant pas cette créativité et ne pouvant ainsi pas progresser.

– La souffrance de l’enfant doit pouvoir s’exprimer et être entendue par un adulte compatissant, sinon, il va se replier sur lui-même et perdre sa capacité d’empathie, pour lui-même et pour les autres.

– L’éducation ressemble plus à un dressage d’animaux qu’à l’accompagnement de petits humains.

– Il n’y a pas besoin d’éduquer quand on est soi-même authentique.

Mais Fran?oise Dolto n’a pu lever qu’une partie du voile en restant attachée aux théories freudiennes d’ambivalence de l’enfant, du complexe d’?dipe. Ce qui crée un fossé entre elle et vous. Peut-être, en vous lisant, aurait-elle pu le franchir ! J’aime à l’imaginer…

Le 13 février dernier, j’avais fait un exposé sur le stress devant un public plus restreint (une vingtaine de personnes) pour une petite association de la région. J’ai commencé par les aspects neurologiques (que j’ai abordés aussi le 21 mars) et commenté ensuite longuement les méfaits de l’éducation en évoquant vos travaux et le dernier livre d’Olivier Maurel. J’ai été agréablement surprise par l’adhésion de tout le public (une seule personne a exprimé quelques doutes mais a montré malgré ceux-ci un intérêt certain pour le débat qui a duré 1h 30). Pour la première fois, cette question fort pertinente m’a été posée : ? comment se fait-il que les médias, les formateurs, ne nous informent pas de ces connaissances si importantes ? ? les personnes ont exprimé une indignation légitime de ne pas avoir eu accès plus t?t à ces découvertes, ce qui leur aurait évité, ont-elles dit, bien des erreurs en tant que parents et enseignants.

Tout ceci m’encourage à poursuivre mon travail avec enthousiasme. Je continue à réfléchir aux différentes fa?ons de présenter votre ?uvre pour que les messages qu’elle véhicule soient entendus par le plus de monde possible. Si vous avez des idées à me communiquer, j’en tiendrai compte très volontiers.

Le fait que nous soyons plusieurs individus et plusieurs associations à nous mobiliser est aussi très encourageant, je pense qu’il en est de même dans de nombreux pays et sans doute, dans certains, pour une action de plus grande envergure.

J’espère que, malgré les fréquentes sollicitations qui vous sont adressées, vous avez du temps pour profiter de la vie, pour vous réjouir de votre ?uvre, des fenêtres qu’elle a ouvertes sur la possibilité d’un monde où l’humanité pourrait cette fois vraiment se redresser et vivre en paix, heureuse d’être ce qu’elle est.

Avec l’expression de toute ma reconnaissance et d’un profond sentiment d’amitié.

F C

AM: Merci beaucoup pour votre lettre. Je suis contente que vous réussissiez apparemment à entrer en contact avec des auditeurs attentifs et à éveiller leur intérêt. Je suis également très contente que vous ayez percé à jour l’aspect destructeur des théories freudiennes, ce que Dolto n’avait malheureusement pas détecté. Autrefois, je pensais qu’une école des parents pourrait aider à briser la cha?ne de la violence mais avec le temps, je suis devenue plus sceptique parce que je vois clairement que l’on ne peut pas apprendre l’empathie pour son enfant par des livres ou des conférences, tant que les souffrances de sa propre enfance sont totalement niées. Je pense que l’empathie authentique s’éveille seulement avec l’accès à sa propre histoire. Sinon, la peur des parents, refoulée, donc inconsciente, se transforme en haine à l’égard de son propre enfant, malgré les informations intellectuelles. Qu’en pensez-vous ?