C’est pour ton bien

C’est pour ton bien

Aubier, 1985

“L’opinion publique est loin d’avoir pris conscience que ce qui arrivait à l’enfant dans les premières années de sa vie se répercutait inévitablement sur l’ensemble de la société, et que la psychose, la drogue et la criminalité étaient des expressions codées des expériences de la petite enfance…Ma tache est de sensibiliser cette opinion aux souffrances de la petite enfance, en m’effor?ant d’atteindre chez le lecteur adulte l’enfant qu’il a été.”
— Alice Miller

Ce livre dénonce les méfaits de l’éducation traditionnelle – qui a pour but de briser la volonté de l’enfant pour en faire un être docile et obéissant – et montre comment, fatalement, les enfants battus battront à leur tour, les menacés menaceront, les humiliés humilieront ; comment, surtout, à l’origine de la pure violence, celle que l’on inflige à soi-même ou celle que l’on fait subir à autrui, on trouve toujours le meurtre de l’ame enfantine. Cette ” pédagogie noire “, selon l’expression de l’auteur, est illustrée par des textes du 18e et 19e siècle, stupéfiants ou tragiques, reflétant les méthodes selon lesquelles ont été élevés nos parents et nos grands-parents, et par trois portraits d’enfances massacrées : celle de Christiane F., droguée, prostituée, d’un jeune infanticide allemand – et d’Adolf Hitler, que l’on découvrira ici sous un jour tout à fait inattendu.

free arbitrage betsExtraits/pièce de théatrelire la critique.