Ca avance

Ca avance
Tuesday 20 January 2009

Madame,

Je me permets de vous écrire. J’ai découvert vos livres à l’age de 25 ans. J’ai commencé par “le drame de l’enfant doué”. A l’époque, j’étais assistante en neurologie. J’ai depuis continué à lire tous vos livres puis, devenue neurologue, j’ai travaillé comme psychiatre dans un centre pour toxicomanes.Aprés plusieurs années de pause sabbatique pour élever nos trois enfants et différentes formations (systèmique, thérapie psychocorporelle par le souffle), j’ai ouvert un cabinet de psychothérapie.J’ai aussi pendant plusieurs années réalisé un travail personnel d’inspiration psychanalytique.

Je vous écris pour vous exprimer combien votre travail a été -et reste- un guide pour moi, une balise.Votre éclairage est devenu pour moi une évidence, douloureuse et incontournable…Mais aussi pleine d’espoir!Briser le cercle de la violence est possible!

Récemment, un de mes patients, profondement maltraité par ses parents ( dans son enfance et actuellement) me demandait: “On m’a dit que je me sentirais pas mieux tant que je n’aurai pas pardonné à mes parents, qu’en pensez-vous?”Je venais de lire votre dernier livre “Ma vie sauvée enfin”…J’ai vraiment senti une chaleur m’envahir la poitrine en me disant :”Pascale, c’est une merveillleuse occasion de dire vrai”. J’avais en tête la réaction que j’imaginais “devoir “répondre fidèle à mes formations du type “et vous, qu’en pensez-vous?” réaction où je ne m’engageais pas… Vous étiez vraiment derrière moi lorsque j’ai exprimé à mon patient que c’est ce que disent beaucoup de gens et parfois même des thérapeutes et que je croyais que ce n’était pas juste.
Je lui ai dit que ce serait une trahison par rapport au travail de réconcillation qu’il faisait avec le petit enfant blessé qui était en lui…Je lui ai dit qu’on ne pouvait pas tricher avec les sentiments, que, chaque fois, on le payait fort cher de son équilibre mental ou de sa santé…Je pense qu’il m’a entendue.
Je vous remercie d’être là, madame.Je vous remercie de cette lutte que vous avez menée pendant des années pour dire et continuer à dire cette réalité.
Je vous remercie de votre lecture et vous souhaite beaucoup de bonnes choses à chaque moment.
Je vous salue avec gratitude.

Réponse de Brigitte:

Nous espérons que les travaux d’Alice Miller continueront à vous aider d’accompagner vos patients vers la vérité en les libérant de la confusion et du mensonge dans lequel malheureusement la majorité du monde de la santé se complait à le faire. Bravo pour votre courage de sortir de l’ignorance, bonne continuation à vous. BO