Avis sur le CRAM à Montréal

Avis sur le CRAM à Montréal
Monday 16 January 2006

Bonjour chère madame,

Je suis désolé de ne pas conna?tre l’allemand, mais si ce message manquait de clarté, je pourrais toujours vous écrire en anglais, sur demande.

J’ai déjà lu quelques-uns de vos livres. Dans l’ordre de mes lectures, ce sont : “L’avenir du drame de l’enfant doué”, “Abattre le mur du silence”, “La souffrance muette de l’enfant” et “L’enfant sous terreur” (que je viens juste de terminer, en janvier 2006). Comme vous pouvez le constater, j’ai lu ces livres dans l’ordre chronologique inverse de leurs publications, comme si j’entreprenais une thérapie vers la source de mon existence, à la recherche de mon enfance perdue. J’aurais tout simplement une question à vous poser, pour le moment.

Avez-vous entendu parler d’une école de thérapie qui s’est créée à Montréal (Québec, Canada) et qui s’appelle le “Centre de relation d’aide de Montréal” (CRAM), dont l'”école internationale de formation” (EIF) donne également des cours en France, et si oui, comment qualifieriez-vous cette école de psychothérapie ? (Brièvement, c’est une école de psychothérapie, et non de psychologie, qui enseigne l'”Approche non directive créatrice” (ANDC), approche imaginée et enseignée, au départ, par Colette Portelance, auteure du livre “Relation d’aide et Amour de soi”. Selon cette école, n’importe qui ayant suivi au moins un an de formation peut devenir consultant en psychothérapie sous certains “contr?les” et certaines “régulations” des thérapeutes toujours liés au CRAM, tout en poursuivant la deuxième année de formation, formation dispensée sur une période totale de trois ans incluant des stages intenses d’apprentissage. Ils ont également un site internet à cette adresse : http://www.cram-eif.org .

Je suis quelque peu confus quant à cette approche qui n’est pas reconnue par l’Ordre des psychologues du Québec (Canada) et qui n’existe que par la formation de ses thérapeutes au CRAM et accréditée par la “Corporation internationale des thérapeutes en relation d’aide du Canada” (CITRAC), elle-même une organisation créée par Colette Portelance et sa famille. Si cela était possible, j’aimerais avoir votre opinion critique sur cette “thérapie en relation d’aide” ! et son “Approche non directive créatrice”.

En attendant, veuillez accepter mes hommages les plus sincères pour vos travaux et mes salutations les plus distinguées.
A. B.

AM : Vous pouvez essayer de lire mon dernier livre NOTRE CORPS NE MENT JAMAIS et par la suite, la liste FAQ sur mon site. Si vous pouvez vous servir de cette liste vous aurez la chance de trouver un thérapeute qui connait déjà émotionnellement la souffrance de son enfance. Dans ce cas là, il n′aura pas peur de votre histoire et sera capable de vous accompagner et vous soutenir dans votre recherche. Cela vous permettra de ne pas perdre de temps.