Arrêter les antidépresseurs

Arrêter les antidépresseurs
Sunday 22 January 2006

Bonjour,
Je vous écris suite à la réponse que vous avez eu l’amabilité d’écrire. Je souhaite témoigner de l’évolution positif?à? de mon état suite à la lecture de votre livre. Ce dernier m’a sincèrement éclairé. En outre, ma thérapeute est définitivement ce que vous appelez un “témoin lucide” et objectif! Je ne vous remercierai jamais assez toutes les deux.
En effet, j’ai cessé la prise d’antidépresseurs. Cela fait maintenant deux semaines. Le résultat? Je ressens de nouveau les émotions. C’est impressionant. Les premieres nuit ont été difficiles. J’ai éprouvé beaucoup de mal à m’endormir naturellement, prise de démangeaisons incontr?lables. J’ai fait des cauchemars terribles, dans lesquels ma tête tombait à la renverse. Je me réveillais en sueur et en criant. Cette sensation de tête qui tombe en arrière, ma thérapeute a évoqué la comparaison avec le bébé dont la tête n’est pas soutenue, engendrant une profonde angoisse. Cette image m’est apparue très clairement et a même ravivé des souvenirs d’enfant, où cette sensation se produisait et m’angoissait terriblement. Bref, ces premiers jours sans médicaments n’ont pas été facile à vivre. Et c’est peu dire.
Ces nuits difficiles semblent avoir cessé. Parallèlemen! t, je ressens les émotions POSITIVES de fa?on beaucoup plus intenses que par le passé. Je ressens une soif de vivre extraordinaire! J’ai envie d’accomplir tout un tas de choses qui me tiennent à coeur (la musique, la danse, le dessin, la cuisine, les sorties) activités que j’avais complètement abandonnées depuis bien longtemps. Et je ris de très bon coeur.
J’ai l’impression que la machine est en route, que tout se met en place progressivement. Je suis consciente d’être toujours fragile et que la moindre contrariété peut me déstabiliser, mais je trouve en moi la force de résister à l’angoisse, et comme par magie, les situations stressantes semblent se rétablir naturellement.
Grace au travail de ma thérapeute et à votre livre, j’ai enfin ouvert les yeux. Je ne suis pas simplement convaincue de la véracité de vos propos, je confirme tout ce que vous dites dans “Notre corps ne ment jamais”. Désormais, je prêterai beaucoup plus attention aux messages que me livre mon corps.
J’apprends enfin à me conna?tre. Pour résumer, je sais que je suis sur la bonne voie, que ce travail est loin d’être terminé, bien que je parvienne maintenant à répondre moi-même à un grand nombre de mes questions “existentielles”!
Merci,
S.

AM: En vous remerciant de votre lettre si importante je vous felicite d’avoir le courage et la sagesse de supprimer les médicaments et de regarder quelle souffrance se cachent derière ce poisons si souvent cherché et estimé par la plupart de gens.